Les droits de la femme dans la société d’aujourd’hui

Une déclaration des droits de la femme de la fin du XVIII siècle cite des concepts qui, même aujourd'hui, ne sont pas à considérer comme quelque chose d'acquis.

0
563
Les droits de la femme

Encore aujourd’hui, les droits de la femme sont souvent remis en cause. Les femmes ont parcouru un chemin très long pour arriver à être l’égal de l’homme. C’est pourtant cela le cadre de la situation actuelle? En théorie oui, mais en pratique plusieurs conditions actuelles démontrent le contraire.

Les droits de la femme: pourquoi nous en parlons encore?

Le fait même d’en parler représente un signe révélateur d’un problème de notre société moderne. La loi dit qu’hommes et femmes ont les mêmes droits. Cependant, les combats des siècles passés ont mené à prendre quelques précautions et à consigner noir sur blanc les acquis du sexe féminin.

Un exemple: La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

En 1791, Olympe de Gouges rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, adressée à la reine Marie-Antoinette. Femme de lettres et femme politique, elle est considérée comme une pionnière du féminisme. Très investie dans la révolution française, elle lutte pour l’émancipation de la femme et pour la reconnaissance de sa place sociale et politique. Condamnée par le Tribunal révolutionnaire, elle est guillotinée le 3 novembre 1793.

Les mots de la Déclaration

Dans cette Déclaration, qui comprend 17 articles, on cite nombreux droits qui doivent  être reconnus et respectés. Voilà quelques extraits des passages les plus signifiants.
“Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la nation, demandent d’être constituées en Assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels inaliénables et sacrés de la femme. […]
 
Article premier. La Femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits. […]
 
Article 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la Femme et de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et surtout la résistance à l’oppression. […]

Les droits de la femme: la liberté

“La femme naît libre”, comme l’homme, et, comme lui, elle a donc la liberté de ne pas subir aucune forme de soumission, pression ou violence, aussi bien physique que psychologique. Ce droit, encore une fois, existe sur la carte mais pas toujours dans la vie réelle. Parce que dire à une femme “tu es mienne” équivaut a la considérer une propriété, donc une chose, un objet, pas une personne. Parce que lever la main sur une femme pour lui fait comprendre que “tu es mienne” signifie la soumettre a une volonté de contrôler toute sa personne. il s’agit d’une privation de son “droit d’être un être humain” libre de penser et agir selon ses propres volontés.

Lire aussi: Vogue Polonia a fianco della lotta delle donne

Commenti